Choisir des huitres

Comme à Noël, beaucoup d’entre vous achèteront des huîtres, je remonte un post pour vous dire comment les choisir.

Et si vous venez nous voir sur la côte Atlantique aux beaux jours, ça pourra vous être utile  !

Photo de recette, comment bien choisir les huîtres, huitres  de Kilomètre-0, blog de cuisine réalisée à partir de produits locaux et issus de circuits courts

À propos de cette recette

Liste des ingrédients

Chez nous, on dit que les huîtres s’achètent les mois en “R”, c’est à dire toute l’année sauf l’été car à cette saison, elles sont laiteuses.

Aujourd’hui, certains ostréiculteurs proposent des huîtres triploïdes, créées artificiellement et contenant deux jeux de chromosomes, ce qui les empêchent de se reproduire et de devenir laiteuses. Cela leur permet notamment d’en vendre au moment où les touristes sont là. 

Sur les étals, vous les verrez classées par taille : de 0 à 5 voire à 6 pour les huîtres plates. Plus le numéro est élevé, plus l’huitre est petite. Je prends les n°3. Elles plaisent à tout le monde (sauf bien sûr à ceux qui n’aiment pas les huîtres ^^). Les amateurs aiment bien les n°2 plus typées.

En matière de terroirs, je choisis les bretonnes mais là c’est une question de goût. Elles sont plus iodées.

Ouvrez-les en vous protégeant (gants ou chiffon). Jetez la première eau. Une nouvelle va revenir de meilleure qualité.

Jetez sans hésiter celles qui vous paraissent suspectes. Comment reconnait-on une huitre qui n’est pas pas bonne? Elle n’a en général plus d’eau et sent mauvais.

Elles se dégustent avec du pain (le must est la pain de seigle pour les connaisseurs) et avec du beurre 1/2 sel (impératif, sinon vous frisez le crime de lèse majesté …sauf si vous suivez un régime sans sel). Vous pouvez mettre quelques gouttes de jus de citron.

Servez les avec un muscadet ou mieux avec un très bon gros plant, vin blanc sec du pays Nantais.

1

Chez nous, on dit que les huîtres s’achètent les mois en “R”, c’est à dire toute l’année sauf l’été car à cette saison, elles sont laiteuses.

Aujourd’hui, certains ostréiculteurs proposent des huîtres triploïdes, créées artificiellement et contenant deux jeux de chromosomes, ce qui les empêchent de se reproduire et de devenir laiteuses. Cela leur permet notamment d’en vendre au moment où les touristes sont là. 

Sur les étals, vous les verrez classées par taille : de 0 à 5 voire à 6 pour les huîtres plates. Plus le numéro est élevé, plus l’huitre est petite. Je prends les n°3. Elles plaisent à tout le monde (sauf bien sûr à ceux qui n’aiment pas les huîtres ^^). Les amateurs aiment bien les n°2 plus typées.

En matière de terroirs, je choisis les bretonnes mais là c’est une question de goût. Elles sont plus iodées.

Ouvrez-les en vous protégeant (gants ou chiffon). Jetez la première eau. Une nouvelle va revenir de meilleure qualité.

Jetez sans hésiter celles qui vous paraissent suspectes. Comment reconnait-on une huitre qui n’est pas pas bonne? Elle n’a en général plus d’eau et sent mauvais.

Elles se dégustent avec du pain (le must est la pain de seigle pour les connaisseurs) et avec du beurre 1/2 sel (impératif, sinon vous frisez le crime de lèse majesté …sauf si vous suivez un régime sans sel). Vous pouvez mettre quelques gouttes de jus de citron.

Servez les avec un muscadet ou mieux avec un très bon gros plant, vin blanc sec du pays Nantais.

Janvier,Février,Mars,Avril,Septembre,Octobre,Novembre,Décembre,Poissons, mollusques et Cie,Recettes de base

Voir aussi :