Produits en Pays de la Loire

Les Pays de la Loire se composent de 5 départements : la Loire-Atlantique, la Vendée, le Maine et Loire, la Sarthe et la Mayenne. Je connais mieux le premier puisque c’est mon département. J’y suis née et j’y vis toujours.

Vous y trouverez une grande diversité de produits qui vous permettront de faire une cuisine variée :

– des produits de la mer dans les deux départements littoraux. On a des criées en Loire-Atlantique et en Vendée où les pêcheurs débarquent langoustines, crabes, araignées, merlus, sardines, bars, soles… Les crustacés se dégustent simplement avec du pain et du beurre. Le beurre blanc nantais accompagne à merveille de nombreux poissons dont le merlu.

– des produits conchylicoles : coques, palourdes, moules de bouchot et huitres de Vendée Atlantique notamment. Elles sont élevées par des professionnels ou pêchées par les pêcheurs à pied lors des grandes marées. On pêche des boucauds (toutes petites crevettes), des étrilles (petits crabes)…
Les coques, les moules sont traditionnellement cuisinées simplement  (marinières avec des échalotes, du vin blanc) voire mangées directement sur les rochers pour les huitres ou les palourdes.

– des poissons de rivières ou de lacs : anguilles, civelles, sandres, brochets. Ces deux derniers se marient très bien avec le beurre blanc nantais. Les anguilles peuvent être cuisinées à la matelote ou grillées. Les civelles (bébés anguilles) sont frites mais deviennent extrêmement rares du fait de leurs prix très élevés.

– si toutes les races bovines sont présentes en région Pays de la Loire, certaines sont caractéristiques de nos territoires : la vache nantaise, la Pie Noire (vous vous souvenez peut-être de Fine, l’égérie du salon de l’agriculture), la rouge des prés. Elles permettent la production de viande (une spécialité est le Châteaubriant, grosse pièce de bœuf pour gros appétits puisque la pièce pèse entre 200 à 400g), le lait, la fabrication du beurre, du crémet d’Anjou, de fromages comme le curé nantais ou la tome de Couëron. Si vous habitez une grande ville ou une ville touristique, vous avez peut-être une boutique Beillevaire. C’est un fromager de Loire-Atlantique qui est un très bon affineur et qui propose des spécialités locales comme le Machecoulais, la mogette de Vendée …  

– Une des races porcines caractéristique est le porc blanc de l’Ouest. La charcuterie est très variée et peut-être de grande qualité si vous allez dans les bonnes maisons. Vous pouvez manger du boudin, du jambon de Vendée, des grillons, des rillauds, des rillettes du Mans ou d’ailleurs. En Loire-Atlantique, on peut acheter des saucisses parfumées au muscadet.

– Parmi les volailles, on trouve le canard de Challans, le poulet d’Ancenis ou de Loué, l’oie d’Anjou.

 – la Région bénéficie d’un climat océanique favorable à la culture des légumes. Vous connaissez la douceur angevine ^^. Si tous les légumes sont cultivés, certains sont plus caractéristiques. La Loire-Atlantique produit près de 80% de la mâche française. La pomme de terre bonnotte de Noirmoutier ou primeur caractérise notre terroir tout comme la mogette de Vendée ou les champignons de souche de Saumur. En revanche, on parle toujours de la carotte nantaise alors que la production actuelle est peu importante. En fruits, on trouve beaucoup de pommes, de poires (dont la doyenne du Comice), de prunes, de kiwis, de fraises et autres fruits rouges.

– Parmi les douceurs, on a la brioche vendéenne, la gâche vendéenne, le bottereau (beignet), la fouace (entre le pain et le gâteau), le flan maraichin. Dans le passé, Nantes a été un port important qui a permis de développer de nombreuses entreprises, conserveries, biscuiteries (LU, BN, St Michel), confiseries (on a les rigolettes et les berlingots). Le gâteau nantais est à la ville ce que le cannelé est à Bordeaux (présence importante de rhum).  Et si vous venez chez nous, vous repartirez sans doute avec des bonbons au beurre salé ou une crème au beurre salé pour vous rappeler les crêpes dégustées à Nantes ou ailleurs. On est tout près de la Bretagne, les crêperies sont nombreuses.

– On mange aussi du pain. On peut le garnir de rillettes, de mogettes.  Vous trouverez en Vendée aussi le préfou (pain garni d’un hachis d’ail servi à l’apéro).

– On consomme sans doute plus de sel qu’ailleurs puisqu’on a la chance d’avoir des marais salants à Guérande, dans la baie de Bourgneuf ou à Noirmoutier. On cuisine au beurre demi sel demi sel (pas de beurre doux dans la cuisine sauf raisons de santé). On en mange même le matin au petit déjeuner sur du pain. Tous nos gâteaux en contiennent puisqu’on en a dans le beurre et qu’on cuisine au beurre. Le poisson ou la viande peuvent être cuit dans une croûte de sel. La fleur de sel accompagne les légumes à la croque en sel ou est utilisé comme dans d’autres régions, on utiliserait le sel fin. Notre sel est un produit artisanal (pas de grands tas comme dans le Sud de la France). Il est récolté manuellement par les paludiers qui entretiennent des œillets.

– On a une petite plante salée, la salicorne, qu’on trouve sur le littoral. Elle peut être consommée crue, cuite, en condiments et en légumes. Elle donne du caractère à vos salades et aux plats.

– La Région n’est pas une grande région viticole (en termes de surfaces je m’entends). Si certains ont des doutes sur nos muscadets, c’est bien d’en regoûter. Un gros ménage a été fait et aujourd’hui, ce vin a toute sa place dans les grandes tables et mettra en valeur un beau plateau de fruits de mer, un poisson … Le gros plant continue d’accompagner à merveille les huitres.  Si vous trouvez du malvoisie (côteau d’Ancenis), testez-le. C’est un blanc très fruité parfait pour l’apéro tout comme le côteau du layon, de l’Aubance.  En rouge, on a des vins très accommodants. Prenez un Anjou rouge, il ira aussi bien avec un plat épicé, qu’une caille à l’orange ou un plat traditionnel. Le saumurois, les fiefs vendéens sont de bons vins rouges.

Bref, avec une tel diversité, vous allez pouvoir en faire de belles recettes. Ca vous donne presque envie de venir passer vos prochaines vacances chez nous.