Ce n’est pas si simple que cela en a l’air : est ce que les laits végétaux sont aussi bons pour la planète qu’on nous le dit ? Exemple du lait d’amandes

Photo de recette de Kilomètre-0, blog de cuisine réalisée à partir de produits de saison et issus de circuits courts

Dans une société comme la nôtre, on est souvent dans des visions binaires, il y a ce qui est bien ou ce qui est bon et ce qui ne l’est pas. En alimentation, on encense certains produits, on en rejette d’autres. On a les bons régimes et les mauvais. En fonction des périodes, ils diffèrent et comme on n’a pas tous les mêmes critères ni les mêmes idées, les débats deviennent animés voire agités ce qui enchante les médias qui peuvent nous vendre plein d’articles et d’émissions qui disent tout et leur contraire.

Depuis un moment, j’avais envie de vous partager mes lectures ou réflexions via des petits articles sur des sujets qui peuvent aller de produits à des régimes alimentaires ou autres et vous aider à prendre vous aussi un peu du recul. 

Pour le premier épisode, j’ai choisi de vous résumer un article rédigé sur Futura Planète par Bruno Parmentier (l’intégralité se trouve ici)

Épisode 1 : est ce que les laits végétaux sont aussi bons pour la planète qu’on nous le dit ? Exemple du lait d’amandes

Comme vous avez pu le constater, le lait de vache a de plus en plus mauvaise presse. Sa consommation a baissé en moyenne de 27% entre 2006 et 2021 (jusqu’à -64% pour le lait écrémé longue conservation). Les Français le délaissent pour des raisons de santé (intolérance au lactose), d’image dégradée de l’élevage, des raisons environnementales ou climatiques et le remplacent de plus en plus par des laits végétaux. Le lait d’amandes capte aujourd’hui les 2/3 du marché des laits végétaux parce qu’il bénéficie d’une image de super aliment. Il serait source de protéines, de fibres, de magnésium et d’antioxydant.

Super aliment, ça se discute puisque tout au plus, il contient entre 2 et 8% d’amandes, plus de sucre que d’amandes et beaucoup d’eau pour un prix deux à trois fois supérieur au lait de vache.

Pour satisfaire le besoin d’amandes croissant dans tous les domaines (lait, purée, ingrédient qu’on met un peu partout), la production s’est intensifiée et les 2/3 des amandes consommées viennent aujourd’hui de Californie. Cette région consacre une superficie équivalente au département des Alpes Maritimes pour la production d’amandes. Les rendements ont doublé en vingt ans et sont cinq fois supérieurs à ceux de Provence et dix fois supérieurs à ceux d’Espagne.

Résultat, les amandiers consomment à eux seuls 10% de l’eau douce de cet état.  Comme toute monoculture, ils sont très consommateurs de pesticides, fongicides et insecticides. Pour la pollinisation qui doit intervenir très tôt (en même temps que les dernières gelées), les arboriculteurs passent des accords avec les apiculteurs qui viennent installer entre 1 et 2 millions de ruches pour des temps très courts. Cette demande massive mobilise entre la moitié et les 2/3 des ruches des États Unis. La plupart des apiculteurs gagnent aujourd’hui plus d’argent à louer leurs ruches qu’à vendre leur miel. L’élevage des abeilles devient également très intensif. « Chacun se doute que transporter les ruches sur des milliers de kilomètres pour les mettre à travailler un ou deux mois plus tôt que ce à quoi elles sont accoutumées, dans des champs en monoculture, arrosés de pesticides, sans aucune biodiversité, sans champ en jachère autour …fragilise considérablement ces pauvres insectes ». La mortalité des abeilles est passée de 5 à 35 -50% des ruches en quelques années.

Ce qu’il en conclue : 

  • On se scandalise avec raison des conditions d’élevage de nombreux animaux que nous mangeons et nous retrouvons ici avec les mêmes problèmes de maltraitance.
  • Quand un produit est paré de toutes les vertus et devient très consommé, la production devient industrielle avec tous ses travers

Ce que j’en déduis moi : 

  • J’achète du lait de vache à un producteur bio près de chez moi. Ses vaches pâturent dans les prés (la consommation de laits végétaux doit rester exceptionnel)
  • J’aime beaucoup les amandes mais j’aime bien aussi les noix et les noisettes qui sont produites localement. Ces dernières sont aussi bonnes pour nous (taux en protéines identique)
  • J’achète des amandes européennes bio (en biocoop, elles sont à moins de 20€ le kilo, sans doute pas plus chères que les amandes non bio venant de Californie).

Et vous, vous en déduisez quoi ? 

10 commentaires
  1. Dan
    Dan
    14 avril 2022 at 5 h 24 min

    Pour le bien être animal, je n’utilise pas de lait de vache, pas de lait d’amande non plus, je préfère en croquer quelques unes crues tous les jours, et j’utilise du lait d’avoine pour la cuisine…
    Bonne journée! bizz

    Reply
  2. happydays
    happydays
    14 avril 2022 at 12 h 14 min

    bonjour, merci pour l’ensemble de votre travail, je prends beaucoup de plaisir consulter Kilometre-0. je partage complétement votre analyse.
    Vivement le prochain épisode.
    Bonne continuation.

    Reply
    • Martine Pineau
      Martine Pineau • Post Author •
      14 avril 2022 at 20 h 57 min

      Merci beaucoup, c’est gentil, à une prochaine fois ^^

      Reply
  3. Amour de cuisine
    Amour de cuisine
    14 avril 2022 at 17 h 47 min

    Perso aussi, on reste fidele à la consommation de lait de vache comme j’ai grandi, et c’est vrai que je vois trop de médiatisation erronée qui pousse les gens à faire n’importe quoi, je le vois avec ma belle soeur, je ne mange pas ça, ça c’est meilleur, pfff ça rend dingue.

    Reply
  4. delphine
    delphine
    14 avril 2022 at 18 h 38 min

    Je bois du lait de vache pour mes chocolats chauds mais c’est vrai qu’avec mon granola j’aime bien le lait d’amandes, mais ma consommation est vraiment très faible..
    Merci pour l’article, c’est bon d’avoir ces petites réflexions
    Bises

    Reply
  5. Chantal
    Chantal
    14 avril 2022 at 19 h 16 min

    Je consomme l’un et l’autre. Bon pour la planète de ne pas consommer de viande, de lait et sa famille ? Je ne suis pas d’accord, que deviennent les terres impropres à la culture car trop pauvres mais faisant de superbes herbages. Bon en tant que petit fille paysanne je suis peut être mal placée ?

    Reply
  6. Brigitte / Les filles à table
    Brigitte / Les filles à table
    14 avril 2022 at 19 h 54 min

    Et bien moi, je continue à consommer du lait de vache, bio, des amandes entières, bio, quitte à réaliser moi-même mont lait d’amande. Tu as raison de nous transmettre ce style d’articles, il est clair qu’il faut se méfier de ces attitudes binaires, et savoir faire la part des choses ! de gros bisous Martine

    Reply
  7. guy59620
    guy59620
    15 avril 2022 at 16 h 29 min

    en plus les amandes sont très chères qaund je vois le prix d’un paquet de 500 gr de poudre d’amande c’est incroyable
    excellent après-midi gros bisous

    Reply
  8. Isa M
    Isa M
    20 avril 2022 at 9 h 54 min

    Bonjour, concernant les laits végétaux il y a le lait d’avoine (qu’on peut faire soi même je crois) et le lait de soja. J’achète du lait de soja français car je peux faire mes yaourts avec mais le lait d’avoine est très bon je trouve. Pour le soja le goût ne plaît pas toujours et il y a certaines polémiques sur la santé (par sur que ce soit fondé, le mieux étant la modération..). J’achète aussi parfois du lait de chèvre ou de brebis, ça fait de bon yaourts aussi (plus digestes pour moi que du lait froid). Le tout en bio, faut de producteur local pour le lait.. merci pour vos articles et recettes, votre site est une vraie mine d’or ! Bonne journée.

    Reply
  9. Marion
    Marion
    29 avril 2022 at 14 h 41 min

    C’est une très bonne idée d’article à l’heure ou le végétal est très à la mode et où les produits d’origine animale sont diabolisés. Ce n’est pas parce que un produit est d’origine végétal qu’il n’a pas impact environnemental et qu’il est forcément bon pour nous. Je connaissais le problème des abeilles aux Etats-Unis mais je ne me doutais pas de l’ampleur du phénomène. Merci pour ces éclairages écologiques. Cela pourrait être bien aussi de mettre des info nutritionnelles et de faire des comparaisons notamment avec le lait de vache dans le cas de ce genre de substitut. Quand on est vigilant, on se rend compte que les jus végétaux et non pas les laits sont à très grande majorité de l’eau et d’un point de vue nutritionnel sont assez pauvres. On commence à en parler notamment dans le monde de l’alimentation sportive.
    Personnellement, je ne consomme plus ce genre de produits à part le lait de coco pour certaines recettes. Je suis revenue à des produits laitiers classiques. C’est français et c’est moins cher.
    Bonne journée, grosses bises.

    Reply
Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *.